Stade Montois Rugby utilise des cookies pour vous garantir une bonne expérience de navigation. Si vous continuez à visiter notre site, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.

ONAC et Stade Montois

1914 – 2014, des pelouses aux tranchées

Les Jaune et Noir un Bleuet sur le cœur

 

En cette année de commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale, chacun peut trouver dans son histoire familiale un parent qui l’a vécue. Cette guerre a été mondiale et totale, bien peu de familles ont été épargnées par ce conflit. Celle du rugby ne fait pas exception. Les joueurs de 14, comme ceux d’aujourd’hui, étaient de jeunes hommes. Ils furent donc mobilisés, voire volontaires, pour défendre la France. Le Stade Montois se souvient, qu’il y a cent ans, la plupart des siens troquait son maillot noir aux boutons dorés pour un uniforme au pantalon rouge garance. Ils partaient combattre sur les champs des batailles du Nord et de l’Est de la France. Nombreux sont ceux qui ne devaient revoir ni leur forêt des Landes, ni un terrain de rugby. Leur club, notre club ne les oublie pas.

 

Le souvenir d’Amédée Baylac, de Robert Bordenave, de Louis Dupuch, d’Urbain Lamorère, de Jean Lasserre, de Jean Loustau, d’Henri Tachoires ou encore de René Vielle est à jamais gravé dans la mémoire du Stade Montois. Chaque année, le club perpétue ce travail de mémoire. Les fidèles supporters des jaune et noir ont pu remarquer que depuis 3 ans, aux alentours du 11 novembre, une petite fleur bleu pousse sur le maillot de leur équipe préférée.

En arborant un Bleuet de France, comme cette année face à Carcassonne, le club rappelle à tous qu’il n’oublie pas ses glorieux anciens tombés dans les tranchées de 14-18. Le souvenir de chacun d’eux accompagne les joueurs d’aujourd’hui.

 

Porter un Bleuet, la fleur officielle du souvenir en France, c’est non seulement manifester son attachement à la sauvegarde de cette mémoire mais aussi venir en aide aux victimes des conflits qui ont suivi ce qui aurait du être « la Der des Ders ». A l’origine, le Bleuet de France, né au sortir de la Grande Guerre, au sein de l’Institution Nationale des Invalides était confectionné dans un atelier destiné à aider les pensionnaires, « les Gueules cassées », à reprendre goût à la vie et subvenir en partie à leurs besoins avec la vente de ces fleurs en tissu et en papier. Aujourd’hui, le Bleuet est fabriqué dans des ateliers héritiers de celui des Invalides, ceux des établissements du secteur du travail protégé et adapté (STPA).

Les fonds collectés permettent, entre autres, d’aider au maintien à domicile des anciens combattants et de leurs veuves, de participer au financement des études des pupilles de la Nation mais aussi de soutenir les victimes des différents conflits ou attentats. Le Bleuet finance également au plan national comme local des centaines de projets mémoriaux tournés vers la jeunesse comme des expositions, des voyages scolaires, des conférences…

 

Cette année le Stade Montois, sensible à l’action de l’Œuvre nationale du Bleuet de France, a souhaité s’investir au côté du Bleuet de Fiance, en offrant un lot pour la tombola du Centenaire organisée par l’Office national des anciens combattants des Landes : un maillot du club, dédicacé par toute l’équipe. L’intégralité des fonds est reversée à l’œuvre nationale du Bleuet de France.

 

Un grand merci à tous ceux qui ont participé à cette Tombola.